Blog de cuisine mère/fille

Rouina, Bssissa,Tamina, Zrir de l’Est Algérien

  • wassim-2-cuisine-a-4-mains

     

    Quand j’ai publié le billet du cherchem, plusieurs personnes m’ont demandé la recette de la tamina, zrir,notamment celle servie lors des naissances.

    Je vous donne ici celle préparée dans l’Est algérien, telle  je l’ai faite pour ma fille quand elle a accouché. On l’appelle rouina ou bssissa selon les familles et la région. Elle se constitue de blé et de pois chiches torréfiés et moulus.

    Telle quelle cette poudre peut être consommée simplement avec de l’eau et du sucre, et c’est ce que font généralement les pèlerins aux lieux saints.

    Quand on la mélange au beurre et au miel fondus, on obtient ce qu’on appelle  du zrir, qui est servi à la femme qui vient d’accoucher et aux invités qui viennent la féliciter.Ce mélange de blé et de pois chiche est excellent pour la santé, redonne du tonus à l’accouchée et lui donne du lait.

    ble

    Bien sur il y a des rajouts à cette recette de base, selon les familles, on rajoute de la poudre de dattes, des lentilles, de l’orge, des graines de sésame, du caroube, des fruits secs moulus…

    On peut aussi préparer la tamina avec de la semoule grillée , mais elle n’a pas le bon goût du blé torréfié, tout est question de goût et de disponibilité.

    Ingrédients 

     3 kg de blé en grains

    1 kg de pois chiche en grains

    Miel

    Beurre

     fruits secs

    Marche à suivre:

    -Bien trier le blé et ôter les cailloux ou des débris qui peuvent s’y trouver 

    -Laver à grand eau pour enlever toutes les poussières qui vont flotter au dessus de l’eau

    – Bien égoutter et faire sécher dans un plateau.

    – Torréfier (griller) le blé à feu très doux si possible dans un tajine en terre, sinon dans une poêle très lourde,en remuant, il ne faut pas qu’il brûle , juste obtenir une couleur dorée. C’est cette torréfaction qui va donner le goût très caractéristique à la rouina bssissa.

    -Faire la même chose pour les pois chiches.

    -Prendre le blé et les pois chiche torréfiés au moulin public ( matehna) pour réduire le tout en poudre fine.

    -Passer au tamis et mettre dans une boite métallique, pour bien conserver l’odeur et le goût . ( pour garder plus longtemps, on peut conserver au congélateur )

     -Au moment de la dégustation, faire fondre le beurre et le miel à feu doux, dans une casserole. ( Pour les quantités, c’est au goût, si on aime sucré on met autant de miel que de beurre, sinon , on réduit la quantité de miel.)

    – Ôter du feu , ajouter la rouina bssissa petit à petit sans assécher, parce qu’elle va absorber les liquides, elle doit rester molle.

    -Mettre dans un plat, garnir joliment de fruits secs au goût et servir . Bessaha !

     recette-bssissa-rouina-pour-zrir-2-cuisine-a-4-mains

     

    Un petit commentaire, un avis, un petit coucou fait toujours plaisir.

    Donc si vous aimez une de mes recettes, si vous la réalisez faites moi signe en m’envoyant le lien de votre publication  si vous avez un blog

    ou une photo si vous n’avez pas de blog,  à cuisinea4 mains@hotmail.fr

    votre réalisation figurera avec la recette d’origine.

    Merci !!!

     

    Les photos  et les textes de ce blog sont la propriété exclusive  du blog “cuisine à 4 mains ”  toute reproduction entière ou partielle d’une photo ou d’un texte est  strictement interdite sans l’autorisation de l’auteur.

 

17 Réponses

  1. fafia

    hum l’odeur du grillé ça doit être bon ! on oublie les calories et on se régale merci du partage !

    10 novembre 2016 à 17:14

  2. kouky

    Merci fafia🙂

    10 novembre 2016 à 18:58

  3. Kamel

    « L’aouin » comme l’appelait les pèlerins d’antan. Une parente (et son mari) n’ont pris que bsissa, au début de leur périple, vers 1920, pour aller à la Mecque à pieds. Ils ont mis plus d’une année. Je suis ébahi par vos connaissances Kouky, Je pensais être le « dernier des mohicans » (celui qui a connu el matmour, el machroub, … reghda, boumaghlouth, ..el aich bel guedid, kesrat achahma, …). Vraiment, consignez toutes vos connaissances dans un écrit, je suis sur qu’elles intéresseront un éditeur.
    Amitiés.

    10 novembre 2016 à 19:00

  4. kouky

    Merci c’est gentil Kamel mais c’est déjà un bonheur de retrouver quelques « derniers des mohicans » qui savent de quoi je parle.En même temps j’espère perpétuer modestement nos traditions à travers mon petit blog. bonne soirée!

    10 novembre 2016 à 19:39

  5. je suis du même avis que Kamel tu devrais écrire un livre ma moman du net,bisous

    10 novembre 2016 à 20:08

  6. kouky

    Merci ma douce Nonna! grosses bises!

    10 novembre 2016 à 21:04

  7. Yasmine

    À Constantine, on l’a améliorée. Pour les heureux événements dont vous avez parlés, à lebssissa, on rajoute des amandes et des cacahuètes grillées et moulues. ‘E tout servi avec du beurre miel pur et des cerneaux de noix de Grenoble par dessus. Un vrai délice et nutritif par dessus tout. Je prépare ce succulent mélange à mes enfants pour prévenir l’anémie!

    12 novembre 2016 à 01:17

  8. cuisinière

    merci kouky, c’est très instructif pour qui ne connaît pas et pour ceux qui connaissent, eh bien…..ils saliveront davantage. c’est aussi de cette façon qu’on la prépare chez moi ; de tous temps à constantine , on y mélange des noix concassées et on décore de cerneaux; rouina chez nous, se fait avec de l’eau et du sucre uniquement (les enfants étaient élevés avec) merci encore et je suis du même avis que kamel et nonna; je serai prête à te fournir n’importe quelle information quant à la gastronomie de constantine et celle d’autres villes du pays ; vas-y fonce tu réaliseras un de mes rêves les plus souhaités
    j’oubliais de te féliciter pour le succulent plateau ( « wach i7ot el 7arradj fi qat bnou »)

    12 novembre 2016 à 19:50

  9. cuisinière

    à constantine, bssissa est le mélange de pois chiches (1mesure) et de blé (2mesures)avant la préparation et c’est avec qu’on prépare zrir( c’est ce que tu as présenté) et il doit être presque coulant tamina est plus dure

    12 novembre 2016 à 19:54

  10. kouky

    C’est moi te remercie ma chère Cuisinière , tu es adorable, ton gentille proposition me va droit au coeur❤ et je sais que j'aurai une source très fiable et riche! merci aussi de redéfinir chaque terme, c'est vrai qu'on dit rouina quand c'est mélangé à l'eau et au sucre, ça me paraissait tellement évident.Ravi que ma modeste siniya te plaise😉 je reste toujours dans les classiques. M3a oulidetek inchallah !

    12 novembre 2016 à 20:14

  11. kouky

    Oui tout à fait,la tamina est plus consistante,chez moi elle est plutôt faite avec la semoule grillée,mais pour essayer de répondre à la demande j’ai repris toutes les dénominations et c’est vrai que ça peut prêter à confusion.Très bonne soirée!

    12 novembre 2016 à 20:18

  12. Juliana Redento

    Hello! I am new to your blog, and love your desserts…. you present them in a new and interesting way for me. Some of your directions are a bit unclear, for example : Nakache (pliers pinking) – through no fault of yours, it’s just lost in translation. I would be helpful to me if you could possibly include a photo step with the decorating tools you use and show how you use them. Thanks for all your great ideas and inspiration!

    15 novembre 2016 à 21:38

  13. kouky

    Hello Juliana ! vous êtes la bienvenue sur le blog.je vais essayer d’être la plus explicite possible avec le pas à pas dans les recettes et à travers les photos. N’hésitez pas à me poser des question si quelque chose n’est pas clair. Très belle journée!

    17 novembre 2016 à 14:02

  14. néné

    Bonjour Kooky, c’est quoi le blé en grains que vous utilisez? et est ce que cette rouina ressemble à celle de laghouate? ma voisine qui est une laghouatia qui est venue s’installer à Alger , a eu la gentillesse de nous offrir une assiette , je n’ai pas manqué de lui dire que ce n’est pas pour rien qu’on dit à une personne qui nous a mis en colére « Y ATIKK EROUINA »;
    Bonne journée

    24 novembre 2016 à 09:45

  15. kouky

    Bonjour Néné, j’utilise du blé en grain tout ce qui a de plus naturel, pas le blé précuit en boite. Je ne sais pas si c’est la même à Laghouat, mais généralement la base est la même( le blé torréfié et moulu) sauf que chaque région a ses propres rajouts.
    Cette expression n’est pas tellement utilisé dans l’Est algérien, mais elle a une connotation de mélange confus et désordonné. Parce qu’à la base la poudre en question est mélangée avec de l’eau et du sucre pour un encas rapide, notamment pour les pèlerins. merci pour la visite Néné!

    24 novembre 2016 à 19:56

  16. néné

    Bonsoir Kooky, le blé donc est la semoule qu’on utilise pour la tamina ?? merci pour le partage et de prendre la peine de nous répondre Rabii yahfedkoume

    24 novembre 2016 à 20:28

  17. kouky

    Bonsoir Néné, non ce n’est pas la semoule qu’on utilise pour la tamina, c’est les graines entières. j’ai rajouté une photo sur le billet. Bonne soirée!

    24 novembre 2016 à 20:47

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s